3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 19:25

 

 

 

 Fin-Nor-Sportfisher 9880

En ce mois de juillet, j’ai décidé d’examiner un moulinet de la marque Fin-Nor : le Sportfisher 640 Rainer Korn, qui doit son nom à un célèbre pêcheur d’outre-Rhin dont soit dit en passant je n’avais jamais entendu parler. Renseignement pris, il semblerait que ce soit une sorte de Drachkowitch Allemand. Je me méfie toujours quand un pêcheur connu donne son nom à un moulinet, les exemples du passé sont édifiants à ce sujet et la qualité du moulin est généralement inversement proportionnée au talent du pêcheur, n’est-ce pas Albert ?  Ce n’est donc pas le nom qui m’a fait acheter ce moulinet mais le fait que la série des Sportfisher est réputée pour sa solidité, bien que la marque Fin-Nor ait été depuis rachetée par Zebco, ce qui explique certains airs de parenté avec les moulinets des marques Rhino, Quantum et désormais Van Staal qui lui appartiennent également. Des sociétés d’origine il ne reste que le nom, la tendance est donc à l’uniformisation, hélas. Ceci dit, Fin-Nor, comme Penn, jouit encore d’un certain prestige auprès des amateurs de moulinets robustes et fiables, je voulais en examiner un de plus près.


Fin-Nor-Sportfisher 9863

 Il est globalement identique à l’Inshore spinning et au Lethal (à l’exception du Lethal 100 qui est très différent comme l’a souligné Alan Hawk), seul le nombre de roulement et la cosmétique changent.

Un détail toutefois m’avait intrigué dans le baratin commercial que je vous livre tel quel : 

Caractéristiques :
- Bâti, joues du moulinet et rotor en aluminium
- Megalock anti-retour infini
- Bobine supplémentaire en aluminium
- 6 roulements à billes
- Frein avant progressif en carbone
- Bobine en alu forgé
- Revêtement anticorrosion multicouches
- Manivelle en aluminium moulé
- Mécanisme du moulinet en titanium

Ça veut dire quoi exactement mécanisme du moulinet en titanium ? Que les engrenages sont en titane ou en alliage de titane ? J’ai voulu vérifier…

D’un poids annoncé à 371g, ce moulinet pèse 369g sur ma balance, ce qui en fait un engin encore relativement léger pour son utilisation au lancer. D’une excellente finition noire mate, il est sobre et assez élégant. Sa fluidité est correcte, sans plus. Fabriqué en Chine comme 99% des moulinets actuels, il semblerait que le cahier des charges ait été assez sévère puisque je ne relèverai aucuns défauts extérieurs.

La bobine, le frein et l’axe

Livré avec deux bobines identiques en aluminium ajouré, celles-ci disposent d’une bande en caoutchouc sur le moyeu pour y attacher directement la tresse sans backing. Ces bobines sont  assez profondes, mais pas très larges, ce qui laisse supposer une utilisation en pêche à soutenir plutôt qu’au lancer.

Fin-Nor-Sportfisher 9905

 Le bouchon de frein est riveté et ne se démonte pas mais le ressort semble bien proportionné et solide. Un joint en silicone a été rajouté pour prévenir autant que possible les intrusions d’eau et de saleté dans la pile mais on ne peut pas vraiment parler de frein étanche, tout au plus de frein protégé. C’est toujours mieux que rien.

Fin-Nor-Sportfisher 9902

Fin-Nor-Sportfisher 9908


La pile de frein se compose de trois disques en carbone de bonne facture, légèrement graissés à la « hot sauce », ça tombe bien c’est Quantum qui la fabrique.

Fin-Nor-Sportfisher 9913

Fin-Nor-Sportfisher 9916

Il n’y a pas d’indication sur la puissance du frein (on devient prudent), mais, nous dit Rainer Korn : « Il s’agit d’un véritable moulinet mer doté d’un frein avant très fluide, ce qui est très important pour la pêche des prédateurs marins tels les flétans ou des espadons. » ce qui suppose quand même une certaine force, ou en tout cas une force certaine…

Résultat : le frein du 640 atteint difficilement les 7 kg. Les flétans et les espadons peuvent dormir tranquilles.  A 7,5kg, le bras du galet commence à frotter sur la bobine, on voit nettement les rayures sur la photo:

Fin-Nor-Sportfisher 9932


Disons que sa bonne plage d’utilisation se situe autour de 5/6kg maxi. Ceci dit sa progressivité est bonne et il reste en effet très fluide grâce aux deux roulements disposés intelligemment sous la bobine.

Fin-Nor-Sportfisher 9952

Ces roulements sont maintenus par un minuscule clip mais contrairement au Penn Conflict il ne gêne pas l’enroulement puisque la bobine ne repose pas dessus grâce à un épaulement du laiton. Un très bon frein donc, tout à fait en rapport avec la taille relativement modeste du moulinet, capable de mater n’importe quel poisson de 10kg et plus, surtout que la capacité de la bobine est assez importante, mais il ne faut pas exagérer quand même, ce n’est pas un moulinet fait pour la pêche hauturière ou exotique. Le frein du 650 doit être un peu plus puissant, mais pas le double non plus.

L’axe est du reste trop étroit avec ses 4,2mm pour encaisser une traction supérieure, bien qu’il soit en inox marine (austénitique) de qualité. Ou en titane, mais j’en doute, nous verrons cela plus loin. Un manchon en laiton vient épauler la bobine.

Une seule cale en téflon sous les roulements, donc pas de possibilité de régler la disposition de l’enroulement.

Fin-Nor-Sportfisher 9994

 


Le rotor et le pick-up

En composite de bonne qualité (et non pas en aluminium comme il est dit dans le descriptif, un petit mensonge de plus...), le rotor est solide et l’arceau de pick-up assez épais.

Fin-Nor-Sportfisher 9975

 

Les articulations sont fixées par des circlip au lieu des vis habituelles. Pourquoi pas, mais l’avantage des vis c’est qu’on peut les serrer quand du jeu apparaît… comme par exemple lorsqu’on pousse le frein à fond. S’il y avait eu des vis classiques placées à l'extérieur, le frein aurait peut-être pu atteindre 8kg sans que le galet du pick-up ne frotte sur la bobine. Peut-être...

Fin-Nor-Sportfisher 9990

Le ressort à compression est très bien ajusté et très doux. Dommage que le cache ne soit qu'en vulgaire plastique argenté.

Fin-Nor-Sportfisher 9985

Fin-Nor-Sportfisher 9987

Le galet est monté sur un roulement, il tourne correctement.

Fin-Nor-Sportfisher 9981

 


 Le train d’engrenage

 Pour un contrôle simple des engrenages, sachez que ce moulinet se démonte facilement en enlevant les 4 vis du carter sans être obligé de démonter le rotor, c’est appréciable pour l’entretien courant et pour ceux que la mécanique rebutent. Les vis sont en inox et ont un petit joint en plastique pour l’étanchéité.

Fin-Nor-Sportfisher 9962

Fin-Nor-Sportfisher 9965

Le pignon est en laiton et s’il est porté par un roulement protégé côté bobine, c’est un palier en plastique noir qui le soutien dans le carter. Un petit roulement à la place de ce palier aurait grandement allongé la durée de vie de ce moulinet et procuré une meilleure fluidité.

Fin-Nor-Sportfisher 0014

Fin-Nor-Sportfisher 0009Fin-Nor-Sportfisher 0011

La roue de commande est moyenne. En alliage de zinc, je la trouve sous-dimensionnée. Plus grave, elle n’est portée que par un seul roulement côté gauche et un palier côté droit comme dans un moulinet low-cost. Là encore un roulement aurait été le bienvenu, c’est  indigne d’un moulinet à plus de 130€.

Fin-Nor-Sportfisher 0031Fin-Nor-Sportfisher 0025Fin-Nor-Sportfisher 0026

Le mécanisme d’oscillation comprend les classiques roue à ergot + came en S.

La roue à ergot repose directement sur le fond du carter en alu. On peut déjà voir les traces d’usure en clair sur ce fond noir. Un joint en téflon pour diminuer les frottements n’aurait pas coûté beaucoup plus cher.

Fin-Nor-Sportfisher 0016Fin-Nor-Sportfisher 0017Fin-Nor-Sportfisher 0019

La came en S en aluminium est correctement usinée et vient se loger entre deux rails qui font partie du châssis. Là encore, les frottements sont nombreux et diminuent la fluidité de l’ensemble.

Fin-Nor-Sportfisher 0033

Ce train d’engrenage ne brille pas par son originalité ni par la qualité de ses composants. Ce moulinet ne mettra pas longtemps à gratter, même correctement entretenu. Dommage car le châssis est très solide, en alu d’une seul pièce et proprement usiné.

L’enroulement obtenu est régulier mais légèrement bombé (en tonneau). Lors de mes tests, j’ai eu plusieurs problèmes de perruques, sauf avec l’excellente Power Pro 8 slick. J’ai utilisé trois tresses de marques différentes et sur deux d’entre elles il y a eu du bouclage à 10 mètres du leurre, les premières spires ayant tendance à sortir en même temps. Je pense que c’est dû à la fois à la conception de la bobine (lèvres droites) et à cet enroulement bombé. La qualité des tresses est également en cause, j’en parlerai plus en détail dans un prochain article. Dans tous les cas, évitez de  remplir la bobine à ras-bord.

Fin-Nor-Sportfisher 9887

Fin-Nor-Sportfisher 9935

 

 

L’antiretour

Cet antiretour Megalock est Mégatoc ! Il possède seulement 6 rouleaux généreusement graissés (alors qu’il faut les huiler) et il a surtout un léger recul, bien perceptible, de 2mm. Ce n’est pas grave en soi, mais c’est plus un antiretour instantané qu’un antiretour infini. Je ne sais pas au juste ce qui est en cause. Peut-être les ressorts en V, peut-être le collier de l’axe.

Fin-Nor-Sportfisher 0006

Fin-Nor-Sportfisher 0003


Fermé sur le haut par une pièce en alliage de zinc très lourde, il aurait été plus judicieux de la remplacer par du plastique de bonne qualité pour alléger l’ensemble.

Fin-Nor-Sportfisher 9999

 


La manivelle

Belle manivelle, très agréable d’utilisation. Elle se visse directement dans la roue de commande (c’est mieux que les axes hexagonaux) mais compte tenu de la piètre qualité de celle-ci c’est un luxe inutile. Pas de roulement dans la poignée qui est rivetée, mais elle tourne très bien, il doit y avoir un palier.

Fin-Nor-Sportfisher 9955Fin-Nor-Sportfisher 9961

Fin-Nor-Sportfisher 9957

 


Mais où est passé le Titanium ?

Lancinante question. Le prix mondial du titane ayant baissé ces dernières années, il est devenu plus abordable pour les constructeurs et il est logique désormais d’en trouver dans certains moulinets, pas nécessairement haut de gamme. Je pensais que peut-être l’axe en était fait, mais d’un simple coup d’œil j’ai compris que non. Le titane est un métal très blanc, beaucoup plus clair que l’acier. Son poids est aussi 40% moins élevé que l’acier, or cet axe est d’un poids tout à fait normal.

Pour en être sûr, j'ai pesé l'axe du moulinet avec son manchon en laiton (il ne se démonte pas): 13g. j'ai ensuite pesé un clou en acier basique de même diamètre et de même longueur  sur lequel j'ai rajouté une douille en laiton: 16g. La différence de 3g est négligeable (mon manchon est plus lourd), si cet axe avait été en Titanium, la différence aurait dû être d'au moins 8g. Nous sommes donc bel et bien en présence de Pipotium!

Fin-Nor-Sportfisher 0087

Fin-Nor-Sportfisher 0090

La seule pièce qui pourrait à la rigueur être en titane est l’écrou de serrage du rotor. C’est possible, il est en métal blanc très léger. De là à cautionner à lui tout seul l’énoncée « mécanisme du moulinet en titanium » il n’y a qu’un pas que Zebco n’a pas hésité à franchir allègrement. Après tout, cet écrou fait partie du mécanisme du moulinet…ce n’est donc pas de la publicité mensongère. Je vous laisse juger.

Fin-Nor-Sportfisher 9995 ???

 


Le test en condition réelle

Deux sorties en lac m’ont permis de juger des performances globales du Sportfisher. Comme je l’ai déjà dit plus haut, j’ai eu pas mal de perruques, surtout à cause d’une nouvelle tresse que je testais. Je me croyais revenu 30 ans en arrière quand je faisais mes premiers essais avec la Corastrong ! Mais si vous utilisez une tresse de qualité, tout va beaucoup mieux heureusement.

Autre désagrément, le pied est un peu court et l’arceau de pick-up est souvent venu taper douloureusement dans mes phalanges pendant que je moulinais…un demi-centimètre de plus aurait suffi à éviter ça. Ok j’ai des grosses paluches, mais que voulez-vous, on n’a pas tous des mains de pianistes…

Fin-Nor-Sportfisher 9942

Sinon les lancers sont corrects, sans plus. Je n’ai jamais dépassé les 50m, même avec des leurres très compacts et là encore c’est à cause de la conception de la bobine qui ralenti le dévidement du fil à mesure qu’il sort, vu qu’elle est trop étroite.

Le pick-up ne se rabat pas sur les lancers soutenus et la vitesse de récupération est bonne et silencieuse. En fait il n’y a rien à dire de particulier ! Ce moulinet fait le job en se faisant oublier, c’est tout ce qu’on lui demande.

Je n’ai pas pu tester le frein sur un poisson, (les brochets se méfient de mes tests en ce moment), mais je trouve que c’est la meilleure partie de ce moulinet, donc je ne pense pas qu’il pose problème, au contraire.

 


Conclusion

Ce moulinet est de facture très moyenne et devrait coûter moins cher que le prix auquel il est vendu. C’est en réalité presque un low-cost à l’intérieur et Rainer Korn devrait y regarder à deux fois avant de prêter son nom à une marque, si prestigieuse soit-elle.

Cependant ses composants sont tous inoxydables, il devrait donc résister convenablement au milieu marin bien que son étanchéité soit passable (presque inexistante) et à condition de le nettoyer à l'eau douce après chaque partie de pêche, comme du reste tous les moulins qui vont en mer. Son frein très régulier et sa grande capacité de fil vous mettrons à l’abri des mauvaises surprises, mais oubliez les espadons.  Ses engrenages n’auront pas une grande durée de vie mais dans le cadre d’une utilisation normale (un ou deux jours de pêche par semaine pour la grande majorité des pêcheurs) il pourra durer plusieurs années. Ce n’est pas un champion de lancer non plus, il conviendra mieux en bateau pour les pêches à soutenir.

 J’avoue que ce moulinet m’a déçu, j’irai même jusqu’à dire que je me suis ennuyé avec lui. Il fait partie de l’immense troupeau des moulinets standards et sans âme issus de la mondialisation. Tout bien considéré et si j’oublie le Pipotium (métal mystérieux aux propriétés surtout verbales), il est légèrement supérieur au Penn Conflict 4000 et pour un prix moindre. Je lui mets donc un 10/20 provisoire, en attendant de le tester en mer.

 

Fin-Nor-Sportfisher 9969

 

Texte et photos : Jean-Paul Charles

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

sylvain l'esoxiste 05/07/2014 17:09

Je retiendrai le pipotium, nouveau matériau qui équipe beaucoup de moulinets.
Excellente analyse comme d'hab.

Jean-Paul Charles 05/07/2014 17:34



Il y a aussi le Baratinium, un alliage hight-tech en provenance d'asie dont est équipé le prochain moulin dont je vais parler...



Sylvain 04/07/2014 12:41

Ce moulinet est une version customisée du Sportfisher FS 40 qui était le "premier prix" de FIN-NOR. Un moulinet abordable (80 euros) et fiable remplacé par le LETHAL.
Hormis l'esthétique(bobine, bouton de frein, manivelle)et 1 roulement de +, la version Rainer Korn est identique au FS40.Je trouve son look très réussi.
Plusieurs moulinets vendus sous les marques de ZEBCO ont des bases communes:off-shore 95 FIN-NOR = BLACK CAT extreme 495, quantum CABO (ancien modèle) = BLACK CAT spin.
Fin-Nor est pour moi la rolls royce des moulinets mer de traîne, il suffit de voir le SANTIAGO.
Leurs anciens spinnings AHAB étaient indestructibles bien que lourds, cette nouvelle génération est plus légère et moderne mais vieillira sans doute moins bien. Pour la signature Rainer Korn,
pêcheur inconnu au bataillon pour beaucoup, je trouve étrange d'avoir choisi de rebadger en moulinet de prestige, un ancien produit "entrée de gamme" après un coup de cosmétique... même
réussi!Compte tenu du savoir faire de la marque et de son histoire....bof,bof.
Bref un joli moulinet, fiable mais à 50 euros de plus qu'un FS40???
Toujours un plaisir de lire vos articles.

Jean-Paul Charles 04/07/2014 18:16



Bonjour,


Je n'avais pas les moyens à l'époque de me payer un Ahab mais c'était un très bon moulinet au frein légendaire. Pour le "Rainer Korn", il s'agit à l'évidence d'un produit marketing. Il est
beaucoup trop cher et je cherche toujours le Titanium! Zebco comme Pure fishing sont des groupes qui ont quelques
produits phares et une cohorte de moulins de pacotille. C'est malheureux de ne pas pouvoir trouver de moulinets acceptables en dessous de 250 €. Je vais examiner encore d'autres moulinets de cet
accabit dans les semaines prochaines mais il est sûr que mes notes vont être de plus en plus dures... J'ai donné la
moyenne à Fin -Nor et je le regrette déjà! Bon, ce n'est pas un mauvais moulinet mais il est produit par des gens qui se foutent complètement de leur clientèle. C'est vrai qu'il est beau...


Merci pour votre commentaire éclairé!



La Pêche est un art...

Bienvenue sur mon blog, dédié à la pêche en lac dans le Sud-Est de la France.

Grand amateur de leurres depuis plus de trente ans, je n'en aime pas moins toutes les formes de pêche. Vous trouverez ici des techniques, des tests de matériel, des coins de pêche, des reportages, des coups de gueule et des digressions dont j'ai le secret... Ma parole est libre.

Vous pourrez lire aussi dans l'onglet "dossiers" certains des articles que j'ai publié dans le blog de mon ami Sylvain l'Esoxiste, infatiguable journaliste halieuthique et grand pêcheur devant l'Eternel.

Pour moi, la pêche est un art; un art de vivre et un art tout court.

Sectaires, intégristes, maniaques ou psychorigides halieuthiques : Passez votre chemin! Ce blog n'est pas pour vous.

Curieux, ouverts, contestataires ou bretteurs, j'accepterai volontiers de débattre avec vous, si vous avez le sens de l'humour!

Bonne lecture.

 

Jean-Paul Charles