27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 13:50

 

 

 

Okuma-REX 9297

 

Okuma est une marque Taïwanaise désormais bien intégrée dans notre paysage halieutique et ses produits gagnent en qualité chaque année, alors qu’au début il faut bien avouer que c’était surtout une marque de « supermarché ». Bien sûr, les premiers prix sont encore d’une fiabilité douteuse, mais quelques moulinets comme le Cedros ou le Salina ont depuis acquis une bonne réputation, ainsi que les modèles à tambour tournant pour la pêche exotique.

 

Okuma-REX 9307

La série Trio Rex spécialement conçue pour le marché Européen est prévue pour la carpe et le surf casting et comporte 4 modèles, dont le Rex Salt qui nous intéresse aujourd’hui (les trois autres étant le Rex tout court (!), le Rex Arena et le Rex Surf, identiques à tous points de vue, seuls le nombre de roulement, la couleur et la manivelle varient d’un modèle à l’autre).

 

Okuma-REX 9328

D’aspect assez futuriste, il faut avouer que ce moulinet a un look très réussi, en tout cas moi j’aime bien ! On le trouve autour de 150€ sur la plupart des sites marchands, ce qui en fait apparemment un modèle d’un bon rapport qualité/prix si on se réfère à ses qualités annoncées et aux autres modèles de la concurrence.

D’un poids officiel de 614g, il pèse en fait 610g sur ma balance, c’est toujours ça de gagné. Très compact, sa fluidité est bonne sans être extraordinaire. La manivelle est un peu disproportionnée par rapport au bâti mais elle tombe bien sous la main et la grosse poignée en EVA est plutôt confortable. Ce moulinet respire la solidité et inspire confiance.


La bobine, le frein et l’axe

D’un diamètre de 73mm au niveau de la lèvre et d’une hauteur de seulement 58mm, cette bobine large et compacte me plaît bien. C’est à mon avis bien mieux que les bobines très allongées pour le rangement du fil. La lèvre est légèrement en V pour permettre un meilleur dévidement.

Okuma-REX 9316

 

Okuma-REX 9321

A noter que bien qu’il ne soit livré qu’avec une seule bobine, on peut acheter des bobines supplémentaires en polymère pour quelques euros, on se demande donc pourquoi Okuma n’en a pas mis une dans la boîte…

Rex salt bobine

Doc. fabricant


Surprise : le bouton de frein ne possède pas de ressort ! Juste un cliquet bruiteur. J’ai pensé à un moment à un oubli au montage mais non, en étudiant la notice à la loupe, je ne vois nulle part la mention de ce ressort.

Okuma-REX 9458

Pourtant, la progressivité est bonne. C’est alors que je remarque que  la base de la bobine (assez large) repose sur une sorte de disque en carbone rugueux qui  n’est pas un second frein mais le système qui maintien en compression l’écrou du bouton de frein, par simple friction. Etrange, mais ça marche. Que se passera-t-il lorsque ce disque sera complètement usé ? Il faudra le changer. Cette conception est certainement due au système qu’ils appellent pompeusement le Fast Drag Setting… C’est sûr, ça réduit le nombre de tour d’écrou qu’il faut pour pouvoir facilement passer d’un frein libre à un frein serré, mais c’est un peu risqué quand même. Tout ce que je peux dire c’est que ça fonctionne et que je n’ai pas eu de problème de réglage du frein. Bien sûr, il ne faut surtout pas graisser cette pièce sous peine d’annihiler la régularité et la puissance du frein.

Okuma-REX 9456

Okuma-REX 9455

Okuma-REX 9464

 Le cliquet bruiteur est très sonore, ainsi que le cliquet de frein lui-même.

Pas de cales forcément pour régler la disposition de l’enroulement mais ce n’est pas nécessaire puisque celui-ci est parfait, comme nous le verrons plus loin.

Le fameux système Hydrobloc est un simple bout de caoutchouc posé sur le haut de la bobine, c’est sympathique, mais pour l’étanchéité j’émets de sérieuses réserves…

Okuma-REX 9452

La pile de frein se compose de trois disques de feutre, rien d’extraordinaire là non plus, pas la peine de baptiser ça « Tampons Japonais lubrifiés » comme si c’était une spécialité séculaire de l’Empire du soleil levant…. On aurait préféré des disques en carbone. Correctement proportionnés, ces disques assurent un freinage doux et régulier. Un défaut sur le disque en métal sur lequel appuie le bouton de frein.  Un roulement et un palier en laiton ont été intercalés sur le moyeu de la bobine, c’est un petit plus, mais ils ne servent pas à grand-chose à mon avis.

 

Okuma-REX 9449

 

Okuma-REX 9451

 

Okuma-REX 9466

Atteint-on les 13kg de puissance de freinage indiqués sur la notice ? Presque ! Je m’attendais à ce qu’il flanche vers 6kg mais j’ai réussi à le pousser jusqu’à 11kg. J’ai eu peur au-delà d’abimer l’axe, bien qu’il me restait encore trois ou quatre « clics » avant le serrage total mais je n’ai pas voulu tenter le diable. Le bras du rotor qui porte le galet commençait aussi à se rapprocher dangereusement de la bobine ! Disons que jusqu’à 7kg il est parfait, ensuite il perd en régularité, ce qui est normal car ce type de moulinet n’est pas fait pour ça, surtout sans ressort de compression au sommet... Ce frein est donc efficace malgré tout et proche de ce qui est annoncé, ce qui est assez rare pour être souligné.

L’axe est d’un diamètre de 6mm, ce qui est correct pour ce type de moulinet et il est en inox de qualité supérieure, ça c’est un bon point d’entrée. J’aimerai ouvrir à ce sujet une parenthèse sur les différents types d’inox utilisés dans les moulinets :

Qu’est-ce qu’un acier inox ? C’est un acier dont la composition lui permet justement de créer une couche d’oxydation qui va le protéger ensuite des différentes agressions chimiques. On appelle cela la passivation. C’est donc parce qu’ils s’oxydent en surface que les aciers inox sont inoxydables. Cette couche d’oxydation est très fine et ne se voit pas à l’œil nu, c’est pourquoi l’acier inox brille. Cela est rendu possible par leur alliage spécifique qui incorpore du chrome et du nickel dans des proportions variables. Pour faire (très) simple, on distingue deux principaux types  d’aciers inox :

Les aciers dit « ferritiques », qui ne contiennent que du chrome (au moins 10%) et qui sont les plus répandus dans l’industrie pour la confection d’inox bon marché. Ils restent inoxydables s’ils ne subissent pas de rayures ou de frottements importants mais peuvent être facilement piqués par la rouille dans le cas contraire. Ils restent collés à l’aimant que vous posez dessus, on les dit « magnétiques ». Les roulements et les axes de moulinets fabriqués dans ce type d’acier sont de bonne qualité, mais ils demeurent sensibles à long terme au milieu salin, c’est pour ça que je dis qu’ils ne sont pas complètement inox, ce qui n’est pas tout à fait exact, j’en conviens.

On trouve ensuite les aciers « austénitiques » qui en plus du chrome incorporent du nickel (18%de chrome et 10% de nickel au moins) ce qui les rend  « amagnétiques », c’est-à-dire qu’un aimant n’a aucun effet sur eux. Il s’agit là d’aciers inox de qualité supérieure, ceux dont on se sert dans le domaine chirurgical ou encore ceux qui servent à l’accastillage des bateaux (la fameuse qualité marine). Les pièces fabriquées avec  ce type d’inox sont  bien meilleures, ce sont elles qui  équipent les moulinets haut de gamme. Il va de soi que ce type d’inox est préférable au premier, il a d’autre part une résistance mécanique plus élevée. Le test de l’aimant vous renseignera donc tout de suite sur la qualité d’un axe ou d’un roulement. Je referme la parenthèse...

 

L’axe du Rex Salt pourra donc résister au milieu salin et aux tractions du frein, il n’y a rien à redire. Du reste, comme la bobine est assez trapue, sa longueur est moindre et donc sa solidité accrue (moins de course). Il n’a subi aucune déformation après avoir encaissé mon test à 11kg de frein, même en extension maximale.


Le train d’engrenage et l’antiretour

Le démontage de ce moulinet a été assez long, Okuma rajoutant à mon avis inutilement des vis un peu partout, c’est un vrai meccano.

La roue de commande est en alliage d’aluminium de bonne qualité. Elle est portée par deux roulements scellés en inox « ferritique » (tous les roulements de ce moulinet sont d’ailleurs réalisés avec ce type d’inox).


Okuma-REX 9411


Le pignon est en laiton, de forme classique. Il est porté par un large roulement scellé.

Okuma-REX 9415


L’antiretour est ultra basique. Contrairement à la plupart des antiretours actuels, il ne possède pas de chambre ni de ressort en V. Les rouleaux sont disposés dans un anneau en plastique flottant qui fait aussi office de ressort, le tout maintenu par une collerette en acier. C’est un cauchemar à démonter (les rouleaux se barrent dans tous les sens) et c’est encore pire au remontage, j’ai failli péter un plomb, mais j’y suis arrivé (je plains au passage les ouvriers qui ont dû travailler au montage de cette cochonnerie !). Clairement, Okuma a pris ici l’option la moins chère. Cet antiretour fonctionne, mais sa solidité reste aléatoire. Je pense que c’est le gros point faible de ce moulinet et c’est dommage car le reste est plutôt pas mal.

 

Okuma-REX 9417

Okuma-REX 9418


Le système d’oscillation est du type « Wormshaft » et la double vis sans fin est en inox de qualité. Robuste, elle est portée à l’arrière par un petit roulement scellé, ce qui est une bonne chose. Elle est entraînée par un pignon en plastique qui remplit correctement son rôle. Cela procure un excellent enroulement, et c’est là le point fort de ce moulinet. La came d’oscillation est solidement fixée à l’aide de 2 vis et maintenue dans sa partie supérieure par un rail en acier, c’est assez simple comme configuration mais en principe ça ne devrait pas bouger.

Okuma-REX 9423

Okuma-REX 9420

Okuma-REX 9408

 

l'enroulement obtenu est parfait, il n'y a rien à redire:

Okuma-REX 9331

Okuma-REX 9333

En conclusion et mis à part l’antiretour, les engrenages du Rex sont solides et de qualité et il est à noter que toute la visserie est en inox « austénitique », donc le Rex ne posera pas de problème en milieu salin, bien que son étanchéité soit approximative.

 


Le rotor et le pied

Une fois enlevé l’enjoliveur en plastique noir et blanc façon Star Wars, on peut noter qu’une des grandes originalités de ce moulinet est son rotor en alu ultrafin.

Okuma-REX 9437


Le pari était osé, mais c’est plutôt réussi. Pour être tout à fait solide et encaisser réellement 13kg de frein, il aurait fallu rajouter un renfort en équerre à la base des bras, mais comme je l’ai dit, jusqu’à 7kg, la déformation est acceptable. Le problème c’est que les vis de fixation du pick-up sont internes, elles peuvent donc venir toucher la bobine en cas de traction trop forte. Cette disposition est d’ailleurs purement esthétique, elle ne se justifie pas techniquement parlant.

Okuma-REX 9430

 

Okuma-REX 9431

 

Deux affreux petits balais ont été rajoutés en guise d’anti-emmêleur. Ils sont parfaitement inefficaces avec du nylon mais c’est un peu mieux avec de la tresse.  Et puis surtout j’ai horreur des moulinets poilus ! On peut les retirer sans problème.

Okuma-REX 9433

Okuma-REX 9438

Le ressort à compression est un peu sous-dimensionné par rapport au pick-up très épais, mais il fonctionne correctement. Le déclenchement est assez doux.

 

Okuma-REX 9441

Le galet en inox est porté par un palier en plastique et un roulement, il tourne très bien. La gorge est située très près du pick-up mais ça n’occasionne pas de frottements sur le plastique du bras comme je le craignais.

Okuma-REX 9444

 

Le déclenchement est externe, bof…mais de toute façon il vaut mieux fermer à la main pour ce type de moulinet. On peut enlever l’ergot en plastique si l’on veut vraiment un pick-up manuel.

Autre originalité du Rex : son pied en alu ultra fin lui aussi. Il est en deux parties et vissé sur le bâti. Pourquoi pas ? Le fait d’avoir une section plate lui confère une grande solidité lors des tractions soutenues, c’est un parti pris techniquement et esthétiquement intéressant, même si ça augmente le nombre de pièces et de vis.

Okuma-REX 9425

 


La manivelle

C’est la même que celle de la série Raw II, Okuma recycle… En alu assez épais, elle ne dispose pas de roulements dans la poignée mais franchement ce n’est pas important, il vaut mieux qu’ils soient placés là où ils sont réellement nécessaires. La grosse poignée en EVA est tout à fait agréable en utilisation intensive.

 

Okuma-REX 9468

L’écrou de fixation de la manivelle est femelle, ce qui a l’air bien, mais l’axe est en fait de section hexagonale, la poignée ne se visse pas réellement dans la roue de commande, c’est pour ça qu’un second axe est fourni pour placer la manivelle à droite si l'on est gaucher.  Pourquoi avoir fait ce système inutilement compliqué ? C’est en fait un peu de la poudre aux yeux car au final on a un axe hexagonal classique, avec les problèmes de jeu que cela entraîne. Le tout est heureusement en inox de première qualité.

Okuma-REX 9426

 


Le test en condition réelle

Pour tester ce genre de moulinet, rien ne vaut à mon avis une bonne séance de pêche au lancer avec des leurres lourds ! On peut alors observer ses réactions face à des lancers répétés et appuyés, ce qui permet de juger de ses aptitudes en diverses circonstances.

Je l’ai donc monté sur ma Tenryu Super mix,  ce qui donne un combo assez inhabituel mais finalement assez performant à l’arrivée ! Ensuite, direction le lac de Bimont pour deux matinées de tabassage intensif avec toutes sortes de leurres éprouvants (ondulantes lourdes, gros crankbait, etc.).

Le poids relativement élevé du Rex se fait vite oublier en condition de pêche puisqu’il équilibre parfaitement la canne, j’ai donc passé une dizaine d’heures à lancer en tous sens sans me démonter l’avant-bras. Aucune perruque (j’utilisais de la tresse en 23/100 Power pro 8 brins), aucun rabat de pick-up même sur des lancers très appuyés.  Aucune vibration parasite au rembobinage contrairement à l’exécrable Shimano Ultegra grâce à l’inclinaison correcte de son axe, et notez que sa bobine est bien plus large que celle du Shimano ! C’est un moulinet que l’on peut utiliser sans problème en mer pour les pêches fortes au lancer ou au buldo. L’enroulement parfait et la large bobine permettent de propulser les leurres facilement à plus de 60m, donc inutile de dire qu’avec des montages carpe ou surf, on frôlera les 100m et plus.


Je n’ai pas pris de monstres, seulement trois brochets dont le plus gros mesurait 70cm, donc le frein n’a pas vraiment hurlé mais il a fait son job sans problème.


Okuma-REX 9342

Un petit 60cm au Rapala Minow Spoon de 10cm (voir l'article Quelques leurres en vrac)

 

Okuma-REX 9346

Un plus gros de 63cm au cranckbait Megabass Deep X 300, qui se lance comme une balle, un excellent leurre que m'a fait découvrir mon ami Sylvain l'Esoxsiste, encore merci Sylvain!

 

Okuma-REX 9349Et un dernier de 70cm qui a craqué pour une très classique Effzett de 45gr!


J’ai même réussi à treuiller une grosse branche de plusieurs kilos sans problème, frein complètement serré,  l’antiretour n’a pas flanché.

En résumé, j’ai pris beaucoup de plaisir à utiliser ce moulinet. Il ne pose aucun problème et je l’ai malmené exprès, croyez-moi. Le seul petit défaut est que la tresse vient quelquefois se loger dans l’entrebâillement de l’articulation du pick-up, mais rien de bien méchant.

Okuma-REX 9472

 

Le Rex va donc officiellement remplacer mon bon vieux Emblem X pour la pêche en bord de mer et en lac.


En résumé, le Trio Rex Salt est un bon moulinet, qui aurait pu être encore meilleur s’il avait disposé d’un antiretour digne de ce nom et d’un système de frein moins...énigmatique! Ceci dit, la qualité de ses composants inox, sa solidité indéniable, sont enroulement parfait et son prix relativement modeste (il pourrait coûter encore moins cher je pense, autour de 100€) me font lui donner une note de 13/20 pour l’instant ; je verrai comment il se comportera dans le temps pour lui attribuer une note définitive.

Okuma-REX 9399

 

Texte et photos : Jean-Paul Charles

 

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Aurel 02/02/2015 10:48

Bonjour et merci pour le blog passionnant! de vraies infos objectives sur le matériel, avec des marques pas toujours les plus répandues, c'est vraiment intéressant et ça change des publi-reportages.
Est-ce que vous connaissez le Okuma Trio FD? Je souhaite équiper ma canne Savage Gear Roadrunner (2m43, 20-80 grammes) d'un moulinet pour pêcher le brochet aux (assez) gros leurres, et je pensais aussi me servir de ce moulinet pour mes pêches en mer, donc un moulinet qui se prête à la pêche en mer. Dans mon budget (moins de 100 euros), j'en ai repéré trois, et j'hésite! entre
- le shimano symetre FL 4000,
- le Okuma Trio FD 40
- le Penn Sargus 3000 ou 4000.

Vous avez des infos sur ceux-là? on entend un peu tout et son contraire sur internet... Donc si vous en avez déjà vu / démonté, je suis à l'écoute.

Encore merci pour tout!

Jean-Paul Charles 02/02/2015 12:55

Remplacer les disques en feutres par des disques en carbone ne sert que si vous vous frottez aux espèces exotiques car le feutre, sous des tractions violentes et prolongées perd de son adhérence. Sous nos latitudes c'est un peu inutile...
Pour le DAM je ne sais pas, sur le papier c'est toujours bon, après il faut ouvrir pour vérifier.
Je resterai sur Shimano si j'étais vous...

Aurel 02/02/2015 12:41

oups, le DAM, c'est 740 dont je parle. encore merci!

Aurel 02/02/2015 12:40

Merci pour cette réponse bien rapide! oui je sais bien que les avis ne sont jamais parfaitement objectifs, mais les vôtres, comme ceux de Hawk d'ailleurs, ont le mérite de reposer sur une vraie "science", liée au démontage des moulinets. Pour la plupart d'entre nous, c'est extrêmement utile car nous ne pouvons pas voir ce qui se trouve à l'intérieur!
Je vais probablement me diriger vers Shimano alors. Disons juste qu'on trouve le Symetre et le Sargus à moins de 50 euros (c'est à dire moins cher que les Exage, même en promo...), ça fait réfléchir! même si j'ai aussi lu des retours mitigés sur le dernier symetre (le FL).
J'ai aussi vu que certains pêcheurs amélioraient le Sargus en le dotant des disques carbone du Battle ( 10 euros environ). Vous pensez que c'est intéressant?

Encore un et après j'arrête! Apparemment il y a de très fortes disparités chez DAM... vous savez quelque chose sur le Quick Toxic 734FD? sur le papier, son corps intégralement en duraluminium et son oscillation semblent bons...


pas facile de s'y retrouver en tout cas, trop de choix, pas assez de clarté... heureusement qu'il y a une période de fermeture pour réfléchir au matériel, au moins c'est pas du temps de pêche perdu!

Jean-Paul Charles 02/02/2015 11:53

Merci pour vos compliments, mais vous savez mes avis sont discutables aussi bien que j'essaie d'être le plus objectif possible.
Pour votre moulinet, je dirais dans l'ordre:
Shimano
Okuma
Penn
le Sargus n'est pas un moulinet très brillant, quoique solide et le Trio FD me semble un peu léger au niveau des engrenages. Je ne les ai pas examinés de près mais je sais ce qu'il y a à l'intérieur, c'est pas terrible...
Je connais bien le Symètre par contre (les premières versions), mais je sais que certains utilisateurs ont eu des problèmes avec les nouveaux modèles (grattage et blocage des engrenages), c'est pourquoi je vous suggère plutôt l'Exage qui semble beaucoup plus fiable et qui visiblement fait l'unanimité. En plus, il est moins cher! C'est à mon avis le meilleur rapport qualité/prix dans les modèles d'entrée de gamme. Aucun problème pour le brochet et rinçage habituel après une sortie en mer, tout devrait bien se passer.
A vous de voir...

fred 14/11/2014 05:22

Bonjours, je voulais me procurer un shimano ultegra mais a voir votre critique sur celui je ne suis plus sur... J'hésite désormais entre ce model ou attendre plusieurs années(contraintes budgétaires) et aller vers le nouveau daiwa entoh. L'usage du moulinet serait pour la carpe mais ici (au Québec) les carpessont plus petites qu'en france(moyenne de 10 kilo) mais peuvent sortir 100m de fil d'un seul coup et ce losrque le frein est serré. Bref merci pour vos critique détaillées et désolé pour mon français de qualité discutable... Aprés tout je ne suis qu'un québecois!

Fred

Jean-Paul Charles 13/01/2015 08:11

J'avais acheté la mienne chez Waveinn.com, mais ils ne l'ont pas toujours en stock, ça dépend des arrivages. Sinon allez faire un tour sur les sites Italiens et Espagnol, ils sont fans des bobines "Téflon"!

vincent 12/01/2015 18:25

Bonjour merci pour votre article. Avez une adresse ou l'on peut trouver les bobines supplémentaires dont vous parlez. Merci par avance

Jean-Paul Charles 14/11/2014 21:49

Mais de rien, ce blog est fait pour ça!

fred 14/11/2014 14:50

Merci beaucoup de prendre le temps de répondre!

Fred

Jean-Paul Charles 14/11/2014 07:10

Bonjour,
Rassurez-vous, votre Français est bien meilleur que celui de beaucoup de mes compatriotes!
Pour le moulinet, pas d"hésitation pour moi entre le Rex Salt et L'ultegra, le Rex est nettement supérieur (mis à part l'anti-retour), avec un frein plus puissant, et surtout il coûte beaucoup moins cher... Parfait à mon avis pour les carpes Québécoises, vous ne serez pas déçu.
Salutations à la belle province!
Cordialement,
JP Charles

Guillaume 30/05/2014 15:13

Bonjour,

Toutes mes félicitations pour vos essais éclairés qui permettent de comprendre ce qu'est techniquement un bon moulinet. C'est, sauf erreur de ma part, sans équivalent sur l'internet francais où
l'on se contente de reproduire encore et encore les arguments des brochures publicitaires des vendeurs de bobines. Un seul souhait (le lecteur est exigeant !): des essais sur des moulinets un peu
plus légers ! Au plaisir de vous croiser à Bimont un de ces jours. Si je ne connais pas le pecheur, maintenant je reconnaitrai le moulinet !
Cordialement

Jean-Paul Charles 30/05/2014 17:44



Merci pour vos compliments! Pour ce qui est de la taille des moulinets, c'est vrai que j'examine souvent des moulinets mer, donc assez gros. Mais rassurez-vous, d'autres modèles plus légers sont
en cours de test... Je crois comprendre que vous fréquentez les rives de Bimont, on se croisera sûrement un matin (j'y retourne d'ailleurs ce dimanche).


Cordialement,


JPCharles



La Pêche est un art...

Bienvenue sur mon blog, dédié à la pêche en lac dans le Sud-Est de la France.

Grand amateur de leurres depuis plus de trente ans, je n'en aime pas moins toutes les formes de pêche. Vous trouverez ici des techniques, des tests de matériel, des coins de pêche, des reportages, des coups de gueule et des digressions dont j'ai le secret... Ma parole est libre.

Vous pourrez lire aussi dans l'onglet "dossiers" certains des articles que j'ai publié dans le blog de mon ami Sylvain l'Esoxiste, infatiguable journaliste halieuthique et grand pêcheur devant l'Eternel.

Pour moi, la pêche est un art; un art de vivre et un art tout court.

Sectaires, intégristes, maniaques ou psychorigides halieuthiques : Passez votre chemin! Ce blog n'est pas pour vous.

Curieux, ouverts, contestataires ou bretteurs, j'accepterai volontiers de débattre avec vous, si vous avez le sens de l'humour!

Bonne lecture.

 

Jean-Paul Charles