/ / /

 

 

 

Après de nombreux essais et diverses déconvenues, j’ai trouvé quelques méthodes relativement  simples qui ne nécessitent pas de matériel spécialisé ou coûteux, ni de grandes compétences techniques pour obtenir des cuillères valables. Un peu d’effort et de patience, c’est tout. Pourquoi s’embêter à faire ça me direz-vous ? Je tiens à dire tout de suite que ce n’est pas pour faire des économies, car même si je peste comme tout le monde devant le prix exorbitant de certains leurres, le temps passé à les réaliser les rend de toute façon plus chers que ceux du commerce.

 En vérité, j’avoue qu’en plus du plaisir indéniable du bricolage, c’est celui de prendre du poisson avec un leurre qu’on a créé de A à Z qui me motive. Chacun son truc.

 

Je vous propose donc de fabriquer une première cuillère à brochet digne de ce nom, une vraie grande cuillère pour Grand Gousier ! Simple mais surtout efficace…

 Nous allons utiliser pour cela les profilés en aciers que l’on trouve dans tous les magasins de bricolage. Le laiton serait préférable, mais il est très difficile de s’en procurer en quantité dans les tailles qui nous intéressent. Il est aussi nettement plus cher…

 Il nous faut donc un plat laminé de 25mm de large sur  2mm d’épaisseur, que l’on trouve généralement en conditionnement d’un mètre de long. On va pouvoir couper là-dedans de quoi faire 7 cuillères de 13 à 14 centimètres de long, soit la taille d’une belle ablette.

brico1.JPG

  On peut faire évidemment beaucoup plus petit, ou beaucoup plus grand, c’est une question d’audace ! Mais c’est aussi une question de poids. Au final, notre cuillère pèsera 40 grammes environ, ce qui permet de la lancer sans risque avec des cannes d’une puissance de 50 grammes, et sans trop de fatigue non plus. Au-delà, il faut un matériel spécifique (canne big-bait ou silure) mais l’animation en pâtira de toute façon. Si je me suis arrêté à cette taille, c’est que j’estime que c’est la plus efficace, pour le brochet en tout cas.

 

Une fois découpés, nous allons façonner nos tronçons de métal de manière à obtenir un profil isomorphe, afin que le centre de gravité soit situé au milieu du leurre, c’est important pour sa nage future.

brico2.JPG

 

Après avoir délimité le profil général à l’aide d’une scie à métaux de bonne qualité, on meule les angles et on affine le gabarit, soit avec un disque monté sur une perceuse, soit avec un touret à meuler. Ou les deux. Personnellement, je dégrossis au touret et je finis au disque, c’est plus précis. Notre cuillère prend forme.

brico3.JPG

 

Après avoir percé les deux trous d’attache aux extrémités avec un foret de 3mm, on poli avec une brosse d’acier afin d’éliminer les traces de rouille et les petites imperfections. Notre cuillère est alors parfaitement lisse et brille d’un bel éclat argenté.

brico4.JPG

 

Le galbe : c’est la partie la plus délicate. Trop galbée, la cuillère va tourner sur elle-même. Pas assez, elle n’ondulera pas. Disons qu’il faut faire un S très peu prononcé, surtout vers l’avant. L’arrière sera en effet un poil plus renflé, question d’hydrodynamisme. En prenant appui entre les mâchoires d’un étau entrouvert, on plie doucement à la main la palette selon la forme désirée.

brico5.JPG

 Bien entendu, à moins d’être équipé comme un chaudronnier professionnel, il est impossible d’obtenir le fameux « creux » des ondulantes du commerce, mais vous verrez qu’il n’est pas indispensable. En observant la nage de divers jigs longilignes destinés à la mer, je me suis rendu compte qu’il suffisait en fait que ceux-ci soit assez long et légèrement galbé pour obtenir une nage correcte.

brico6.JPG

 

 

Une fois le galbe achevé, il faudra appliquer deux couches de vernis polyuréthane en bombe à quelques heures d’intervalle, afin d’éviter la rouille ! On laisse sécher 24 heures.

 

Passons maintenant à la décoration. On peut bien sûr l’utiliser telle quelle, mais j’ai un petit faible pour les adhésifs holographiques, qu’on trouve facilement désormais, soit en rouleaux, soit en feuilles. Ma  préférence va aux couleurs argentées, mais le bleu turquoise, le jaune citrine ou le noir hématite ne sont pas mal non plus. Il y a aussi des couleurs fluo et même phosphorescentes ! Je trouve que les adhésifs sont plus costauds que la peinture qui finit toujours par s’écailler. N’oubliez pas le signal « Œil » !

 

IMG_4097.JPG

 

 Pour l’armement, j’utilise des hameçons triples pas trop grands (N°4 ou2), ou de plus en plus des hameçons simples en taille 2/0 et 3/0, suffisamment fort de fer pour ne pas déchirer les chairs du poisson.

brico7.JPG

 

 Si vous mettez un émerillon, intercalez-le avant le bas de ligne (voir mon article sur la pêche aux cuillères ondulantes).

 

Vous voila désormais en possession d’une excellente cuillère, assez lourde pour être utilisée du bord pour des lancers lointains en lac ou en fleuve, mais qui sera valable aussi en verticale, dandinée comme un jig.  Une cuillère à la nage ondulante en traction linéaire, virevoltante lorsqu’on lui imprime de légers coups de poignets, et qui papillonne en tournant sur elle-même à la descente. Je vous garantis qu’elle ne passera pas inaperçue des brochets en goguette !

Vu son faible coût (un peu plus d’1 euro l’unité, sans compter le temps de travail évidemment) vous pourrez la risquer sans remords sur des postes scabreux où vous n’oseriez pas faire passer un poisson nageur. C’est d’ailleurs là son principal intérêt : c’est ce que j’appelle une cuillère à perdre, et qui pourra peut-être un jour vous rapporter gros !

 

 

Texte et photos: Jean-Paul Charles

Partager cette page

Repost 0
Publié par

La Pêche est un art...

Bienvenue sur mon blog, dédié à la pêche en lac dans le Sud-Est de la France.

Grand amateur de leurres depuis plus de trente ans, je n'en aime pas moins toutes les formes de pêche. Vous trouverez ici des techniques, des tests de matériel, des coins de pêche, des reportages, des coups de gueule et des digressions dont j'ai le secret... Ma parole est libre.

Vous pourrez lire aussi dans l'onglet "dossiers" certains des articles que j'ai publié dans le blog de mon ami Sylvain l'Esoxiste, infatiguable journaliste halieuthique et grand pêcheur devant l'Eternel.

Pour moi, la pêche est un art; un art de vivre et un art tout court.

Sectaires, intégristes, maniaques ou psychorigides halieuthiques : Passez votre chemin! Ce blog n'est pas pour vous.

Curieux, ouverts, contestataires ou bretteurs, j'accepterai volontiers de débattre avec vous, si vous avez le sens de l'humour!

Bonne lecture.

 

Jean-Paul Charles