5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 10:52

 

 moulibook

 

Les Editions La Cheminante ont publié l’année dernière un livre sur les moulinets Français que l’on doit à Bernard et Michèle CAMINADE, avec la participation de Jean-Noël BOHN et Jean-Pierre MOUGIN. Ces collectionneurs passionnés ont donc recensé toutes les marques officielles de moulinets  (tambours tournants et tambours fixes) depuis la fin du 19ème siècle jusqu’aux années 80, en donnant pour chacune d’elle un petit historique et un descriptif détaillé des principaux modèles.


Les-moulinets-francais 9513


Les-moulinets-francais 9510

 

Les-moulinets-francais 9514

 

Les-moulinets-francais 9511

L’ouvrage de 280 pages d’un format 21X28cm est richement  illustré de photos et dessins en noir et blanc, avec un feuillet couleur de 8 pages. Classés par ordre alphabétique, les moulinets défilent sous nos yeux, de la marque Aiglon à la marque Wyers. La plupart de ces marques ont sombré dans l’oubli, certaines n’ont produit qu’un seul modèle, mais toutes participèrent à ce bouillonnement inventif qui caractérisa le début du siècle précédent et l’avènement de la société des loisirs. On était loin de l’uniformisation d’aujourd’hui… Si tout a commencé en Angleterre, la France a elle-aussi déposé un nombre impressionnant de brevets en tout genre qui donnèrent naissance à certains engins singuliers !


Les-moulinets-francais 9515

Certains modèles étaient déjà équipés de la double manivelle, comme ce Lasso, de la marque la Rudipontaine.

 

moulibook2La canne à pêche simplyfish de Décathlon été déjà inventée !

 


 

Les-moulinets-francais 9522Il y eu même un moulinet électrique, du fabricant Facomel…

 

 

 

Les-moulinets-francais 9519

Il y a aussi les moulinets inclassables, prototypes ou fabrication artisanale qui ne compte généralement qu’une pièce et dont on ne sait pas grand-chose.

 


Le livre se termine sur une bibliographie assez complète de ce qui a été écrit sur le sujet.

Il était évidemment impossible de faire l’inventaire exhaustif de certaines marques comme Mitchell ou Pezon & Michel qui méritent des livres (ils existent) à elles seules, mais ce tour d’horizon fort instructif donnera sûrement des clés à ceux qui débutent une collection ou tout simplement au pêcheur qui veut mettre un nom sur un vieux moulinet retrouvé dans le grenier du grand père et en savoir un peu plus à son sujet.  Enfin, j’ajouterai qu’il y a peu d’ouvrages généralistes sur les moulinets anciens et que celui-ci est certainement le plus complet qui ait été écrit à ce jour.

 


Les-moulinets-francais 9518

Mon seul regret est qu’il n’y ait pas plus d’explications techniques concernant les types d’engrenages, les types de frein ou les systèmes d’enroulement de certains modèles, bien qu’il y ait de nombreux schémas et autres « éclatés ». Je serais curieux d’en démonter quelques-uns qui m’intriguent bougrement ! Un petit historique général aurait été aussi le bienvenu, retraçant les grandes étapes des inventions, notamment le brevet Hardy sur l’anse de panier. Peut-être pour la prochaine édition ?


Vous pouvez commander ce livre aux Editions La Cheminante. Prix de vente : 48€ + 8€ de frais de port.

 

 

 

Jean-Paul Charles

 

 


Repost 0
Publié par Jean-Paul Charles - dans Livres
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 10:29

 

 

IMG-copie-2.jpgJ’ai pris un réel plaisir à lire ce petit ouvrage des regrettées Editions Bornemann, car comme tous les livres de cette époque (il a dû être écrit dans les années 60), on a affaire à un véritable auteur,  une plume comme on dit.

 « Le style, c’est l’homme » disait Buffon… Celui de Raoul Renault est bien ciselé, et son érudition sans faille en matière de pêche.

 Il nous parle ici du Brochet, nous en dresse le portrait précis, historique et halieutique, avant d’aborder les différentes techniques de sa pêche.

 La première partie, la plus importante, est consacrée comme il se doit à la pêche au vif. Toutes les méthodes sont passées en revue, ainsi que les façons d’escher le vif, et un long chapitre sur la question du ferrage (à la touche ou pas ?) nous rappelle ces discussions entendues si souvent  au bord de l’eau…

 Tous les appâts sont examinés, y compris la grenouille et le ver de terre.

 

 Il nous donne aussi une recette pour la conservation des vairons qui peut encore être utile aux spécialistes du mort-manié:

 

 

IMG_0005-copie-1.jpg

 Le matériel est bien sûr « d’époque », bambou et fibre de verre, tambours fixes rustiques, mais les montages sont fins, et restent valables encore aujourd’hui.

 

 

IMG_0001.jpg

 La deuxième partie est consacrée aux pêches dites « sportives », poisson manié et lancer léger, et il est intéressant de lire cette petite parenthèse de l’auteur au sujet de l’opposition « vif-leurre » : 

 

« Mais, tout d’abord, y a-t-il une pêche sportive ? J’emploie ici ce mot par une vieille et fâcheuse habitude (et non par snobisme, je vous prie de le croire) ; il me semble pourtant particulièrement agaçant dans certaines bouches et je ne trouve rien de plus ridicule que le pêcheur qui s’imagine être un individu d’une essence supérieure, parce que sa ligne se termine par une cuillère au lieu d’un asticot. (…) »

 

 Tout est dit ! On voit que la polémique ne date pas d’hier…

 Les bases du lancer léger et lourd (à l’époque, on parlait de lancer lourd au-delà de 25 gr pour un leurre) sont clairement exposées, ainsi que les différentes animations.

 Côté leurres, les cuillères tournantes ont la part belle, mais on trouve aussi la description de poissons nageurs disparus aux noms poétiques  :

IMG_0003.jpg

 

IMG_0004-copie-1.jpg

 

Enfin, mon préféré, « le poisson-plume », association surprenante d’une hélice en laiton et d’un streamer, qui m’a donné des idées de bricolage :

 

IMG_0002.jpg

 

 La dernière partie enfin, traite des techniques « passives » pour la pêche en étang (privé), qui sont interdites dans le domaine public. Certains diront qu’il s’agit plus de braconnage que de pêche, qu’importe, c’est toujours instructif de connaître la pêche au trimmer, au paillon, aux bobines, à la « fourchette », au « bois-courant » ou au « hauzin », c’est mieux que les techniques de survie bidons de Bear Grylls !

Bear.PNG


 

 Deux petits chapitres closent le livre : comment naturaliser une tête de brochet, et comment le manger…  Bon ok, on est loin du no-kill, mais ça n’enlève rien au charme de ce bouquin, et c’est bien connu, c’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes !


IMG 0006-copie-2

 C'était le bon vieux temps!

 

 

Texte et photos: Jean-Paul Charles

 

Repost 0
Publié par Jean-Paul Charles - dans Livres
commenter cet article

La Pêche est un art...

Bienvenue sur mon blog, dédié à la pêche en lac dans le Sud-Est de la France.

Grand amateur de leurres depuis plus de trente ans, je n'en aime pas moins toutes les formes de pêche. Vous trouverez ici des techniques, des tests de matériel, des coins de pêche, des reportages, des coups de gueule et des digressions dont j'ai le secret... Ma parole est libre.

Vous pourrez lire aussi dans l'onglet "dossiers" certains des articles que j'ai publié dans le blog de mon ami Sylvain l'Esoxiste, infatiguable journaliste halieuthique et grand pêcheur devant l'Eternel.

Pour moi, la pêche est un art; un art de vivre et un art tout court.

Sectaires, intégristes, maniaques ou psychorigides halieuthiques : Passez votre chemin! Ce blog n'est pas pour vous.

Curieux, ouverts, contestataires ou bretteurs, j'accepterai volontiers de débattre avec vous, si vous avez le sens de l'humour!

Bonne lecture.

 

Jean-Paul Charles