30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 16:00

 

 

 

broc esparron

 

Encore une matinée de pêche à la traîne sur le lac d’Esparron sans grands résultats ou presque…C’est pourtant le cœur plein d’espoir que je mets le Pneu à l'eau dès l’aube et que je commence à peigner différents postes à l’aide de deux lignes, une plombée, l’autre non.

 

Esparron-Mai 9476

J’ai fait les bordures, puis le large, puis le grand large à différente profondeur, rien, nada. Pourtant les poissons sont là, j’en vois même certains ! Dans l’eau cristalline, j’aperçois en effet plusieurs becs de 50/60cm par trois mètres d’eau mais rien ne les décidera à mordre. Dans les reculées de certains bras, j’observe même des sifflets de l’année de 15/20cm postés dans quelques centimètres d’eau sur les plantes aquatiques, preuve que la reproduction s’est bien passée : ce lac est le paradis des brochets.


Esparron-Mai 9481

Je verrais aussi plusieurs truites arc-en-ciel  de 40cm en surface, sans doute des rescapées de l’ouverture…et toujours ces énormes tanches de deux ou trois kilos qui passent nonchalamment le long des herbiers.

Pas de touches jusqu’à 10h, puis deux brochets crétins de 30cm se feront prendre par 6m de fond sur un Rapala Barra Magnum presque aussi gros qu’eux et ce sera tout pour la matinée. C’est pas glorieux !

Esparron-Mai 9487

Je vais donc encore devoir modifier mon approche pour la prochaine session et réutiliser mes plombs disques, mais cette fois-ci en plombée terminale. En effet, le problème de la plombée en ligne avec tous les herbiers qui tapissent le fond, c’est que le moindre accrochage rend les leurres inopérants, aucun système anti-herbe n’est assez efficace, il faut donc passer au-dessus. Les plombs goutte-d’ eau, s’ils sont efficaces, ne sont pas d’une très grande discrétion non plus même si le leurre se trouve 10m en arrière. Je les réserve pour cet été où les poissons rechercheront la fraîcheur dans les fonds importants (15m et plus). Pour l’instant, les poissons se trouvant visiblement en proche bordure, je vais alléger le dispositif.

Je conserve donc mes plombs disque avec leur dérive afin qu’ils nagent bien en ligne (pas la peine sur ceux-là de faire des trous pour le système d’attache) et je vais monter sur le corps de ligne une ou deux potences avec mon système du cure-dent qui permet de faire varier la hauteur du leurre, en l’occurrence une ondulante ou un leurre souple non plombé pour éviter d’accentuer les vibration sur la ligne.

Esparron-Mai 9497

 Ce dispositif devrait me permettre (en théorie) de raser les herbiers en profondeur sans m’y accrocher tous les 20 mètres, on verra bien…

 

Esparron-Mai 9494

 

Texte et photos : Jean-Paul Charles

 

 


Repost 0
Publié par Jean-Paul Charles - dans reportage
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 17:23

 

 Brochets-paques 8887

J’ai bien failli ne pas faire l’ouverture, mais j’ai finalement réussi à dégager un petit créneau ce dimanche matin pour enfin aller tremper du fil dans les eaux du lac d’Esparron. La météo n’était pas terrible (temps fortement couvert, puis averses…) mais la passion a été la plus forte ! J’ai donc mis le Pneu à l’eau de bon matin dans l’espoir de tenter un brochet en maraude à l’aide de deux lignes de traîne.

Brochets-paques 8870

 

Brochets-paques 8869Une jolie lumière matinale...

 


Brochets-paques 8876...Puis ça se gâte !


Les premières heures seront décevantes, je passerais mon temps à tester divers leurres à différentes profondeurs mais rien ne marche. Je décide alors de raser les bordures avec des poissons nageurs peu plongeants, cela s’avèrera payant puisque vers 9h j’ai enfin une touche franche d’un petit bec furieux qui a tapé sur le Westin Jatte articulé que je vous avais présenté il y a quelques temps.

Brochets-paques 8884

Il est tout juste maillé, je le remets à l’eau et continue à ratisser le secteur, toujours avec le même leurre. 5 minutes plus tard, j’attrape son frère jumeau, que je relâche lui aussi malgré une séance de charcutage de sa mâchoire inférieure, mais je pense qu’il devrait survivre. Comme on le voit sur la photo (je m’excuse pour la qualité des images mais j’étais seul ce matin), le leurre a été engamé franchement par le travers et par en-dessous, ce qui explique ma difficulté à le libérer proprement, les deux triples ventraux étant bien piqués dans sa gueule.

Brochets-paques 8890

Brochets-paques 8887

Je crois que je vais équiper tous mes poissons nageurs d’hameçon simples inline…Vers la queue, il portait également deux balafres qui semblent avoir été causées par un congénère plus grand, sans doute une liaison tourmentée avec une dame brochet impétueuse.

Ce seront mes seuls poissons de la matinée, pas de quoi rester dans les mémoires mais je ne suis pas brocouille et en plus du plaisir d’être sur l’eau, j’ai pu analyser la nage de certains leurres et opérer un tri parmi mes dernières acquisitions. C’est ainsi que je me suis rendu compte que le Halco Giant trembler et les Luciapuma ne convenaient pas vraiment à la traîne en lac, il leur faut en effet une vitesse trop élevé pour qu’ils entrent en action, mieux vaut les réserver pour la mer.

Le Believer et le Storm Giant Flatstick se sont révélés par contre ébouriffants question nage, bien qu’ils ne descendent pas assez profond. Ce n’est pas grave, car mon bricolage de plomb-disque marche à la perfection et leur permet de descendre beaucoup plus bas, mais je vais encore l’améliorer, je vous en reparlerai bientôt. Je n’ai bien sûr pas pu tout tester, mes boîtes étant bien garnies, mais la saison s’annonce riche en découvertes et en surprises. Prochaine sortie prévue vers le 29 avril, j’espère…

 

 

Texte et photo : Jean-Paul Charles

 

 

 

 


Repost 0
Publié par Jean-Paul Charles - dans reportage
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 05:20

 

permis peche

 

 Le projet était dans les cartons du Ministère de l’agriculture depuis plusieurs années, mais ce sera désormais chose faite à partir de 2015 : il faudra nous acquitter d’une taxe spéciale pour pouvoir pêcher en mer, du bord comme en bateau. Des informations ont filtré sur ces nouvelles dispositions que je vous livre, bien que ce permis ne soit pas complètement arrêté dans sa forme actuelle.

Le Gouvernement a finalement cédé sous la pression des pêcheurs pros qui voyaient d’un mauvais œil la concurrence déloyale des amateurs, et grâce aussi au lobbying bénéfique de plusieurs groupes écologiques (remercions notamment Greenpeace et le WWF) qui veulent moderniser notre loisir, ce qui a également pesé dans la balance. Enfin, plusieurs rapports alarmants de l’IFREMER qui pointent du doigt la baisse significative du renouvellement des espèces marines dans leur ensemble et l’effondrement des stocks de certaines populations bien précises, en particulier celles du bar, du lieu jaune et des espèces pélagiques (thons, bonites, sérioles) a également motivé cette décision. L’Etat veut donc prendre des mesures drastiques et rétablir d’autre part une parité mer/eau douce en engrangeant au passage quelques revenus substantiels qui serviront à créer un Observatoire de la Pêche de Loisir. En conséquence de quoi, un permis sera désormais obligatoire pour pratiquer la pêche à la ligne. Seule la pêche à pied (ramassage des coquillages et crustacés) semble pour l’instant épargnée par cette nouvelle taxe. Les tailles légales de capture seront également revues à la hausse. Malgré un léger manque de concertation entre les différents acteurs de la pêche en mer (le Gouvernement a visiblement préféré mettre tout le monde devant le fait accompli avec l’accord tacite des professionnels, et il a eu raison), ce permis sera opérationnel début janvier 2015 et nous nous en félicitons, bien qu’il suscite déjà la polémique chez quelques pêcheurs rétrogrades.  En voici les grandes lignes :

Son originalité principale est qu’il comprendra trois zones distinctes : La zone A (Manche), la zone B (Atlantique) et la zone C (Méditerranée).  Ces trois zones ont été créées en regard des spécificités des biotopes concernés. La législation sera toutefois plus restrictive en Méditerranée puisque les poissons y sont moins nombreux que dans l’Atlantique. Il n’y aura donc pas de réciprocité. Si vous habitez la Normandie et que vous désirez pêcher en Corse pendant vos vacances, il faudra vous acquitter des deux permis, ce qui tombe sous le sens. Pareillement, et afin d’éviter un afflux de « sudistes », les pêcheurs de la zone C devront eux-aussi payer un deuxième permis s’ils veulent pêcher dans la zone A ou B. Cette sédentarisation des pêcheurs devrait avoir un effet bénéfique sur le nombre de captures estivales, toujours selon l’IFREMER.

topographie-franceToute la Gaule peut pêcher avec le nouveau permis


Les permis seront nominatifs, mais accordés seulement par les Préfectures après avoir payé un timbre fiscal de 75 € si vous pêchez du bord et de 110 € si vous possédez un bateau pour la zone A et B. Pour la zone C, il faudra compter 90 € du bord et 150 € pour les propriétaires de bateau. A noter que le numéro d’immatriculation du bateau figurera sur le permis, ce qui fait que vous ne pourrez pêcher que depuis votre propre embarcation, à moins de payer une taxe journalière supplémentaire de 15 € si vous êtes invité sur le bateau d’un autre,  ceci étant valable également pour tous les pêcheurs du bord qui voudraient s’initier à la pêche en pleine mer. La différence de tarif entre les pêcheurs à pied et ceux en bateau est une sorte de « taxe carbone » qui ne dit pas son nom, mais il est certain qu’elle va engendrer une baisse conséquente des sorties en mer et réduire ainsi la pollution aux hydrocarbures. Enfin, un autocollant du WWF sera fourni gratuitement avec chaque permis, que vous pourrez coller sur la coque de votre bateau si vous le désirez.

wwf

 

Dans le détail, la pêche ne pourra s’effectuer qu’avec une seule ligne, équipée d’un seul hameçon (si possible sans ardillon), que ce soit à l’appât ou au leurre. Pour l’instant, la pêche de nuit reste autorisée jusqu’à 22h. La taille de capture minimum pour le bar sera portée à 60 cm, 30cm pour l’encornet, 15cm pour la girelle commune et 12cm pour la sardine, elle aussi classée comme espèce vulnérable. Les mailles des autres espèces seront prochainement divulguées.

 L’usage de la tresse sera également interdit, des études montrant que sa nature non biodégradable est incompatible avec les nouvelles normes Européennes de respect de l’environnement. Retour au bon vieux nylon, donc.

Autre originalité, un carnet de capture sera fourni avec le permis, que vous devrez remplir scrupuleusement après chaque sortie en mer afin de compléter les données statistique de l’IFFREMER.  Ce carnet sera remis en Préfecture avant le 31 décembre de l’année en cours. Tout oubli ou refus de retourner le carnet invalidera votre permis suivant. En gros, vous ne pourrez plus pêcher l’année suivante, sauf si vous vous acquittez d’une pénalité de retard de 50 €, ce qui n’est que justice.

carnet2

Afin de permettre un meilleur contrôle des infractions, une brigade spéciale sera prochainement créée pour épauler la Gendarmerie maritime. Il s’agit de la PIPO (Police d’Inspection des Permis Océaniques) qui sera basée à Montluçon, cette ville se situant idéalement à mi-chemin entre les trois zones. Dotée d’embarcations légères, la PIPO sera en mesure d’intervenir dans un délai de moins de 48h afin de verbaliser les éventuels contrevenants. Le choix des uniformes n’est pas encore connu, mais le dossier a été confié au Ministère de la Culture qui devrait proposer le nom d’un styliste réputé pour s’atteler à leur confection (celui de Jean-Paul Gaultier circule avec insistance),  afin d’allier modernité et tradition. Ne soyez donc pas étonnés de vous faire prochainement contrôler par des policiers en marinière, cela n’enlève d’ailleurs rien à leur compétence ni à leur autorité.

jean paul gaultier-mondino 1Une police efficace et sans compromis


Ce permis soulève évidemment de nombreuses interrogations et peut paraître de prime abord contraignant dans le détail, mais il semble que ce soit le prix à payer pour une pêche de loisir juste et ordonnée, dans le respect du poisson et de la légalité. La France montre donc l’exemple pour une fois et malgré les protestations prévisibles d’une poignée de grincheux, nul doute que l’Europe lui emboîtera le pas pour une législation harmonieuse, apaisée et sereine, c’est en tout cas ce que nous souhaitons tous.

 

Texte:Jean-Paul Charles Photos:Web

 

 

 


Repost 0
Publié par Jean-Paul Charles - dans reportage
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 13:09

 

 

 

 

Brochet 7279

 

 

 

  Comme la météo est devenue soudain plus clémente, j’ai fait ma dernière sortie de l’année ce matin au lac de Bimont, équipé bien entendu de mon combo Super Mix/Blast qui ne m'a pas déçu une fois de plus.

Arrivé à l’aube, la température est fraîche, mais il n’y a pas de vent et le soleil commence à se lever doucement devant la Sainte Victoire, moment toujours magique…


Brochet 7275


J’essaye un peu de tout sans succès, puis je décide de passer à l’ondulante, le leurre roi en cette fin de saison. Je dégaine donc ma cuillère fétiche -une « trolling lourde » de 12cm- récemment peinte en bleu fluo, car j’ai noté qu’en ce moment le bleu semblait bien marcher sur les brochets. Ce bleu fluo assez fonçé (mais réellement fluo, je l'ai testé en lumière noire) est bien plus discret que le vert ou le orange et lance des éclats légèrement violacés du plus bel effet sous l’eau.

Au troisième lancer, c’est la touche brutale à 15 m du bord. Le scion de la Super Mix absorbe les coups de tête du poisson et heureusement, car j’avais réglé le frein du blast un poil trop dur. Le brochet vient sans problème, on ne peut pas dire qu’il soit très combatif, mais c’est un poisson correct de 75cm que j’arrache à son élément d’une main engourdie par le froid. Je décide de le garder car j’ai un repas de famille prévu pour demain. Ce sera d’ailleurs presque la seule entorse à ma politique de catch and release de l’année, car j’ai dû garder en tout 4 perches et ce brochet pour 2013, donc comme viandard on a vu pire…Je précise cela pour les intégristes du No Kill qui pullulent comme des cormorans sur le Web…


Brochet 7273

 

 

 

 


Une demi-heure plus tard, c’est cette fois avec une G2 Mefo (cette cuillère est une révélation) argentée équipéee d'une virgule jaune fluo, que je toucherai un petit bec de 50cm assez loin du bord et très profond, et qui lui par contre se battra comme un beau diable ! Allez comprendre… Je décide de le dépecer sur place et de le manger cru, car je n’ai pas encore déjeuné. Je plaisante…il est reparti grossir tranquillement dans les profondeurs.  Là encore la Tenryu n’a pas été prise en défaut : détection immédiate de la touche et ferrage efficace malgré plus de 60 m de fil sorti. Pas mal non ?


Brochet 7288

 

Brochet 7289

 

 


Le soleil est désormais assez haut et l'atmosphère se réchauffe, mais les touches s’arrêtent, je décide de plier après avoir perdu une dernière cuillère dans une branche de peuplier, comme un débutant ! J’essaierai de la récupérer une autre fois, si personne ne la voit avant.

 

Brochet 7282

Voilà, les cannes et les moulinets sont désormais rangés pour quelque temps, à moins que la météo continue à se radoucir en janvier, mais ça m’étonnerai. J’aurai quand même de quoi m'occuper en début d’année puisque je vais acquérir une nouvelle embarcation, de nouveaux leurres, et je vous parlerai bien sûr de bricolage, de littérature et de plein d’autres trucs en rapport avec la pêche …

 

A l’année prochaine !

 

 


 

Texte et photos : Jean-Paul Charles

 

 

 

 


Repost 0
Publié par Jean-Paul Charles - dans reportage
commenter cet article

La Pêche est un art...

Bienvenue sur mon blog, dédié à la pêche en lac dans le Sud-Est de la France.

Grand amateur de leurres depuis plus de trente ans, je n'en aime pas moins toutes les formes de pêche. Vous trouverez ici des techniques, des tests de matériel, des coins de pêche, des reportages, des coups de gueule et des digressions dont j'ai le secret... Ma parole est libre.

Vous pourrez lire aussi dans l'onglet "dossiers" certains des articles que j'ai publié dans le blog de mon ami Sylvain l'Esoxiste, infatiguable journaliste halieuthique et grand pêcheur devant l'Eternel.

Pour moi, la pêche est un art; un art de vivre et un art tout court.

Sectaires, intégristes, maniaques ou psychorigides halieuthiques : Passez votre chemin! Ce blog n'est pas pour vous.

Curieux, ouverts, contestataires ou bretteurs, j'accepterai volontiers de débattre avec vous, si vous avez le sens de l'humour!

Bonne lecture.

 

Jean-Paul Charles